A propos

Je viens d’une famille d’artistes pas conscients de l’être.
Tout dans notre maison était de l’art : mes deux grands-mères, qui savaient à peine écrire leur nom, brodaient de façon merveilleuse….

Découvrir l’histoire de The Italian Room

Maria Cristina Gentile

STYLISTE d’intérieur

À propos

Une histoire d’amour, de passion et d’ADN…

Je viens d’une famille d’artistes pas conscients de l’être.
Tout dans notre maison était de l’art : mes deux grands-mères, qui savaient à peine écrire leur nom, brodaient de façon merveilleuse. Elles faisaient des couvre-lits au crochet que la bourgeoisie locale se vantait de posséder au point d’en faire cadeau aux branches familiales « d’Amérique » pour faire étalage de prestige et raffinement. À la maison, nos vêtements, les accessoires, les meubles étaient souvent créés « maison » et, à l’occasion, reconvertis avec inventivité et habilité. Ma famille faisait beaucoup de sacrifices mais, étant enfant, je ne réalisais pas l’héroïsme de mes parents : tout était unique, beau et précieux car tout était fait avec amour et talent, à partir de rien. L’imagination et la propension à la beauté étaient aussi naturelles que respirer. Quand finalement il n’était plus nécessaire de « s’en sortir », rien n’a changé, c’est comme si cette attitude était intégrée à l’ADN de mes parents.

Moi, j’ai pris un chemin plus tortueux pour finalement admettre que la créativité est une histoire de famille et qu’elle m’appartient aussi.
Après mes études, j’ai commencé une carrière managériale qui a duré 20 ans. 20 ans de valises toujours prêtes, de chambres d’hôtel et d’appartements de société. Curieusement, je suis revenue à mes racines grâce à ma profession. Quel plaisir de personnaliser les espaces à chaque déménagement ! J’ai navigué pendant deux ans et même ma petite cabine de bateau partagée était le théâtre d’expériences de conception.
J’avais déjà conscience d’avoir la capacité de transposer dans la décoration la personnalité de ceux qui me demandaient d’intervenir mais je n’ai jamais osé rêver que ce talent pouvait devenir ma mission… Jusqu’à ce que mes collègues, amis ou même des agences immobilières commencent à me demander le nom de mon architecte d’intérieur.
C’est ainsi qu’en 2015, après des études et des tests, The Italian Room voyait le jour. Et aujourd’hui encore, c’est une histoire d’amour, de passion et… d’ADN.

Mes clients témoignent. . .